C’est quoi, une émotion ?

C’est quoi ce vécu bizarre qui vient d’on ne sait où et qui tout à coup nous prend dans nos tripes, dans notre corps, qui nous crispe, qui nous fait mal au ventre, qui entraîne chez nous des réactions parfois si fortes et si imprévues que nous, les hypersensibles, plus que d’autres, en sommes souvent complètement déstabilisé(e)s ?

Une simple émotion !

Déstabilisante, elle n’est pourtant pas notre ennemie. L’émotion a une raison d’être : L’émotion est une sorte d’équipement de survie à notre service. 

Tenter de la contrôler ou la combattre est inefficace voire néfaste sur le long terme. 

Le cerveau humain reçoit en permanence des informations du monde extérieur via nos 5 sens et de notre monde intérieur via nos pensées, nos souvenirs, nos ressentis. Ces informations sont traitées par le cerveau émotionnel qui va les évaluer inconsciemment et nous faire vivre l’expérience subjective qu’est l’émotion.

Les mécanismes de l’émotion

Une émotion (du latin emovere – mouvement hors de) est une réaction psychophysiologique à une stimulation. Elle se manifeste d’abord en interne puis génère une réaction extérieure. Elle est provoquée par la confrontation à un événement et à son interprétation. Selon les théories cognitives, l’émotion est le fruit de l’évaluation rapide, automatique et inconsciente que l’on fait au sujet d’un événement en fonction de notre histoire et de nos connaissances. 

Cette évaluation repose sur des schémas inscrits dans le psychisme et est donc totalement subjective, ce qui explique qu’un même événement génèrera des émotions très différentes d’un individu à l’autre.

L’émotion ne dure que quelques instants. C’est un état affectif bref et intense.

Il y a tout d’abord la charge, la perception d’un stimulus visuel, auditif, olfactif, … et son interprétation par l’amygdale, une petite glande située dans le cerveau, et par d’autres mécanismes de notre système nerveux. Il y a alors libération d’hormones, ce qui explique le réel impact de nos émotions sur notre état de santé et d’équilibre global.

Le corps va alors se mettre en tension et produire l’énergie pour fuir, agir, se figer, etc… L’émotion est là pour nous guider vers une réaction appropriée, pour nous pousser à agir afin de nous protéger ou nous permettre d’être plus épanoui(e)s.

Vient alors un moment de décharge (tremblements, pleurs, cris, rires, etc…) qui permet au corps de revenir à son équilibre de base. Mais si une émotion est inhibée, la décharge ne peut pas avoir lieu et elle se cristallise dans le corps sous forme de blocage énergétique.

L’émotion nous aide donc à avoir une réaction adéquate face une situation spécifique et à réguler ensuite l’état de notre corps pour en maintenir l’intégrité.

Les émotions primaires, à la base de toutes les autres

Les émotions dites primaires sont :

  • La peur, face à une situation de danger ou d’inconnu pour nous mettre à l’abri.
  • La colère, face à la blessure, la frustration, l’injustice, pour le respect de nos valeurs ou de nos limites.
  • La tristesse, face à la perte, la séparation pour faire place nette pour un renouveau.
  • Le dégout, face à quelque chose de nocif pour s’éloigner de ce qui n’est pas bon pour nous.
  • La surprise, face à un évènement inattendu ou une révélation soudaine.
  • La joie, face à la satisfaction ou la réussite pour nous inciter à la faire perdurer.

Toutes les autres émotions, dites secondaires, en sont une composante.

De nombreuses recherches montrent que ces émotions primaires sont associées à des expressions faciales universellement exprimées et reconnues.

Zone de Texte:

Par notre empathie et nos neurones miroirs plus actifs chez nous les hypersensibles que chez d’autres, nous pouvons avoir une plus grande facilité à identifier les différentes nuances de ces émotions, ce qui peut être un avantage considérable notamment dans la communication non-verbale.

Émotions et sentiments

Lorsque l’émotion vient se combiner avec des éléments de pensée ou d’imagination et persiste en l’absence de tout stimulus, il y a alors construction de sentiments tels que la haine, la jalousie, la culpabilité, … 

A l’inverse d’une émotion, un sentiment peut perdurer et être renforcé quand il est ressassé.

L’émotion produit une énergie et se traduit par un mouvement corporel qui ne dure que quelques instants alors que le sentiment est un mélange plus complexe d’émotions et de pensées qui perdure dans le temps.

L’émotion est une messagère. Il peut donc être intéressant d’aller rechercher les émotions composant nos sentiments pour en démêler les nœuds, en comprendre les messages et les écouter pour en retirer toute l’information consciente ou inconsciente qu’elles peuvent véhiculer.

Mieux vivre ses émotions

Quand ce n’est pas une question de vie ou de mort, comment mieux vivre une émotion ?

La bonne nouvelle, c’est que c’est possible en apprenant à nous « mettre à l’écart » quelques minutes en cas d’intense agitation émotionnelle.

  • D’abord, percevoir ce qu’on ressent et où est ressentie cette émotion ? Dans quel endroit du corps s’exprime-t-elle ? Dans le dos, dans le ventre… le corps nous parle !
  • Ensuite la nommer.
  • Puis, se concentrer sur la perception, le ressenti et respirer cette émotion là où elle se trouve : la vivre.
  • Observer comment elle évolue (on tremble, on transpire, le cœur palpite, …)
  • Accueillir et accepter les pensées qui l’accompagnent.
  • Retourner à nouveau dans son corps pour ce qu’elle a encore à nous enseigner.
  • Ce n’est qu’une fois accueillie, acceptée et pleinement vécue et après avoir entendu son message et le besoin associé que l’on peut commencer à passer à l’action : une action plus adaptée plutôt qu’une réaction.

En tant qu’hypersensible, suivre ce processus peut nous permettre de ne pas être dans une boucle d‘hyperréactivité émotionnelle. Il ne s’agit donc pas ici de « gérer » l’émotion mais plutôt de lui donner une juste place et de reprendre le contrôle sur notre comportement face à elle.

Gardons à l’esprit qu’il est important de pouvoir accueillir ses émotions, d’en tenir compte et de les exprimer, car tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime. Et tôt ou tard, tout ce qui est imprimé cherchera à s’exprimer, sous d’autres formes ou à des moments peut-être inopportuns…

Alors, chère émotion, soit la bienvenue !

FannyM

Loading...